Aller pieds nus, c'est bon pour la semelle

Aller pieds nus, c'est bon pour la semelle
4.7 (93.13%) 32 votes


Le biologiste de l'évolution, Daniel E. Lieberman, a fait sensation dans le monde entier il y a près de dix ans en publiant un article montrant que courir en baskets matelassées encourage les gens à toucher le sol plus fort que les pieds nus.

Lieberman, professeur de sciences biologiques à l'Université de Harvard, a également commencé à courir pieds nus lui-même à titre expérimental et a continué à le faire parce qu'il l'appréciait. Chaque printemps, après avoir couru le marathon de Boston, il échangeait ses baskets traditionnelles contre des chaussures minimes ou pas de chaussures du tout. Plus il courait pieds nus, plus ses pieds étaient callés et protégés. «Mais je pouvais toujours sentir le sol aussi bien que lorsque mes callosités étaient vraiment minces», dit Lieberman. Du point de vue de l’évolution, il était logique que les pieds durs ressentent encore: ils sont le seul contact du corps avec le sol, et les peuples anciens ne pouvaient pas se permettre de perdre cette sensation, pensa-t-il.

Maintenant, Lieberman et ses collègues de Harvard, ainsi qu’en Allemagne et au Kenya, ont mené une autre étude, publiée mercredi, qui confirme ses soupçons. Il en ressort que, bien que les callosités s'épaississent lorsque les gens marchent plus souvent pieds nus, il n'y a pas de compromis en matière de sensation grâce à cette protection supplémentaire. Essentiellement, la surface dure du calus transmet la force mécanique du pied aux nerfs profonds de la peau, ainsi qu’une semelle non protégée.

Les callosités sont fabriquées à partir de la protéine kératine, le même matériau que les ongles, collées avec une autre protéine spéciale. "Les callosités n’ont pas de viscosité, alors les forces du sol pénètrent directement dans les couches profondes de la peau et vous ne perdez aucune information", explique Lieberman.

Lieberman et ses collègues ont mesuré la sensibilité de la semelle aux stimuli mécaniques, montrant que les personnes atteintes de callosités épaisses étaient aussi sensibles aux vibrations que celles ayant des callosités minces ou inexistantes. Les chercheurs ont comparé les callosités et la sensibilité des pieds de 81 habitants de l'ouest du Kenya, dont certains portaient régulièrement des chaussures et d'autres non. Ils ont également recueilli des données similaires auprès de 22 personnes à Boston.

Avec les chaussures coussinées, la raideur de la semelle ralentit la vitesse à laquelle le corps frappe le sol, ce qui rend l’impact plus confortable, mais la force est la même, explique Lieberman. «L’énergie accumulée dans votre jambe est environ trois fois plus grande dans une chaussure coussinée que si vous êtes pieds nus», dit-il, ajoutant que «nous n’avons aucune idée de ce que cela signifie» pour la santé des articulations. Il est théoriquement possible, dit-il, que cet impact supplémentaire soit à l'origine du doublement des taux d'arthrite du genou depuis la Seconde Guerre mondiale – à peu près à l'époque où les progrès technologiques dans la conception des chaussures permettaient d'obtenir des semelles plus rembourrées. Mais il n’existe aucune preuve solide à l’appui d’une telle connexion.

À certains égards, marcher pieds nus est préférable pour le corps que de porter des semelles profondément coussinées, ajoute Lieberman. Mais il insiste sur le fait qu’il n’est pas antifootwear: «Je ne dis pas que les gens ne devraient pas porter de chaussures.» Il pense plutôt que les scientifiques ne comprennent pas encore l’impact des chaussures sur le corps au fil de millions de pas. Lieberman affirme qu'il serait difficile d'étudier les effets du port de chaussures pour des millions de personnes sur plus de 70 ans chez l'homme, mais il étudie actuellement l'impact d'un tel amortissement sur la locomotion animale.

L'équilibre pourrait également être une victime de la semelle souple. Les pieds des gens deviennent moins sensibles à mesure qu’ils vieillissent. S'ils ont également perdu contact avec le sol, ils pourraient devenir plus vulnérables aux chutes, explique Lieberman. «Si vos pieds ne peuvent pas sentir ce qui se passe sur le sol, vous êtes peut-être plus susceptible et plus vulnérable (aux chutes), et les chaussures peuvent en faire partie», dit-il. "Si nous pouvons donner aux cerveaux des gens, à leurs réflexes, plus d’informations, cela pourrait les aider."

Les gymnastes et les artistes martiaux vont pieds nus pour resserrer leurs liens avec le sol, et les pilotes de voitures de course de Formule 1 portent des chaussures à semelles rigides qui renforcent leur sensibilité, selon l'un d'eux.

Avec les chaussures coussinées d’aujourd’hui, «nous ajoutons du confort, mais nous réduisons la fonctionnalité», déclare Thorsten Sterzing, un scientifique spécialisé dans les chaussures qui conçoit des chaussures hautes performances. Il n'a pas participé à la nouvelle recherche, mais espère en tirer parti dans ses propres travaux. Trop souvent, les gens optent pour des chaussures qui correspondent à l’idée de la société en matière de beauté mais qui ne favorisent pas une marche saine, dit-il. Des études comme celle de Lieberman peuvent déboucher sur des chaussures mieux conçues qui complètent les capacités naturelles du corps plutôt que de les saper.

Kristiaan D'Aot, maître de conférences en biologie musculo-squelettique à l'université de Liverpool en Angleterre, explique que le pied est l'une des structures les moins bien comprises du corps en raison des variations individuelles, de la complexité des os et des ligaments du pied et ce qui se passe à l'intérieur du pied est impossible à voir. D’Aot n’a pas participé à la publication récente, mais il mène des travaux connexes et écrit un commentaire sur l’étude qui paraît dans le même numéro de La nature. Dans l’une de ses études de recherche, D’Aot a demandé aux participants de porter des chaussures minimes pendant six mois. Bien qu’ils aient été mal à l’aise au début, «beaucoup de gens les préfèrent maintenant», dit-il. «L’une des choses que j’espère vraiment découler de ces recherches et de la recherche en chaussures, c’est que les gens vont commencer à se rendre compte que les chaussures peuvent être assez envahissantes.» (D'Aot admet qu’il porte habituellement des chaussures ordinaires à cause de la temps humide et sombre à Liverpool.)

Les gens portent probablement des chaussures depuis environ 40 000 ans, dit Lieberman, bien que certains soupçonnent que les Néandertaliens sont restés sans chaussures. Dans certaines régions du monde, notamment en Inde et au Kenya, où Lieberman mène des recherches, de nombreuses personnes passent encore toute leur vie sans chaussures. "Je trouve inimaginable d'être pieds nus au milieu de l'Europe à l'ère glaciaire, mais tous les autres animaux d'Europe étaient pieds nus. Alors peut-être que nos cousins, les Neandertals, ont bien géré le problème, Dit Lieberman.

Néanmoins, il n’a pas l’intention de se lancer pieds nus lui-même lors d’un hiver en Nouvelle-Angleterre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *